Depuis 2010, nous inspirons et accompagnons les entreprises dans leur innovation managériale

1 – CADRER

Clarifier le « contrat collaboratif »

Puisque l’entreprise considère que les collaborateurs sont des personnes motivées et compétentes, qu’elles aspirent à davantage d’autonomie et souhaitent être considérées comme des adultes responsables, le manager doit s’émanciper de son habitude de tout prescrire et contrôler.

Cependant, autonomie (qui agit de soi-même, volontairement ou spontanément) ne signifie pas indépendance (qui agit selon ses propres lois, qui ne dépend pas de son environnement). Les salariés ne peuvent par nature pas être indépendants puisqu’ils font partie d’un groupe.

Il s’agit par conséquent d’offrir de la liberté dans un cadre prédéfini que chacun s’engage à respecter qui sert de référence à la collaboration « Adulte/Adulte ».

Si le manager doit lâcher prise sur le « comment », il doit, avant d’engager l’équipe dans l’action, instaurer un cadre de référence, le « contrat collaboratif », qui porte sur le « pour quoi », à savoir l’ambition (la vision), l’identité (les valeurs) et les principes (les conditions de l’autonomisation).