trefle à 4 feuilles, capital chance

Développer son capital chance : mode d’emploi

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !
image_pdf
4/5 - (4 votes)

Pourquoi certaines personnes ont le sentiment d’être nées sous une bonne étoile et d’autres ont la certitude d’être maudites des Dieux ? La chance est-elle le fruit du hasard ou est-elle une capacité ?

Le professeur Richard Wiseman, docteur anglais en psychologie, s’est intéressé pendant des années au facteur chance. Selon les résultats de ses travaux, la chance n’est en rien une bénédiction mais une réelle capacité qui se travaille et se développe, au même titre que d’autres capacités cognitives ou relationnelles.

Statistiquement, tout le monde a le même nombre d’opportunités dans la vie. Certains savent les percevoir, d’autres non. Pour développer votre capital chance, appliquez les 4 principes suivants :

Principe 1 : TIRER LE MAXIMUM DES OCCASIONS FORTUITES

Les personnes chanceuses affirment qu’elles se trouvent souvent au bon moment au bon endroit et constatent que de nombreuses occasions favorables se présentent à elles. En fait, sans en avoir vraiment conscience, elles adoptent 3 principes :

1.1 CONSTRUIRE ET ENTRETENIR UN « RESEAU DE CHANCE »

C’est-à-dire développer et entretenir son réseau relationnel

Vous avez un projet, une envie, une idée, faites le savoir à tout votre entourage : vos amis, vos collègues actuels ou anciens, les personnes que vous croisez dans le cadre de vos loisirs, voire même dans la vie de tous les jours (commerçants, parents des amis de vos enfants…).

Soyez présents sur Internet : inscrivez-vous sur les réseaux communautaires, créez votre page ou  votre site web, échangez sur des blogs, rédigez des articles…

Participez à des manifestations en lien avec votre projet pour vous faire connaitre (forums, salons, conférences…)

Renseignez-vous sur les personnes que vous rencontrez : retenez leurs noms et leurs coordonnées, collectez des informations sur leurs expériences professionnelles, leurs loisirs, leurs passions. Et maintenez le contact par des échanges périodiques. Demandez leur des conseils, des nouvelles de leur entourage, de leurs projets, leurs problèmes, devenez leur ami sur Facebook, Viadeo …

1.2 ETRE ATTENTIF A TOUT CE QUI SE PASSE AUTOUR DE SOI

C’est-à-dire être attentif à TOUT ce qui se passe autour de vous

La plupart des personnes ont une « perception sélective » de la réalité, ce qui signifie qu’elles vont observer et être attentives à une partie de la réalité au regard de leurs croyances, de leurs valeurs… Beaucoup vont retenir des informations qui vont les conforter dans leurs points de vue et ignorer le reste, s’empêchant ainsi d’accéder à la « globalité » de la réalité.

Apprenez à développer une vision globale et relativiste sur le monde, les évènements, à penser autrement, à comprendre les différents points de vue (vous n’êtes pas obliger de les accepter), à prendre en compte tous les éléments d’une situation.

Abstenez-vous de juger car le jugement est arbitraire et empêche de percevoir des éléments qui pourraient bien vous être utiles et réduit de fait les opportunités.

Questionnez, demandez des explications, des précisions. Apprenez à vous mettre à la place de ceux qui ne pensent pas comme vous pour accéder à de nouvelles perceptions des évènements.

Apprenez également à communiquer de manière pacifique en privilégiant des expressions telles que « je pense que », « de mon point de vue »… pour éviter de vexer et accéder plus aisément à d’autres points de vue.

1.3  ETRE OUVERT A DE NOUVELLES EXPERIENCES

C’est-à-dire faire preuve de curiosité et être ouvert à la nouveauté

L’histoire de Steve Jobs, co-fondateur d’Apple, est une bonne illustration de ce principe.

Notre monde est en perpétuelle mutation, constitué d’une multitude d’évolutions, de changements, de ruptures et d’innovations dans tous les domaines de vie, apportant parfois leurs lots d’incertitudes et de craintes.

Apprenez à considérer toutes ces évolutions comme des opportunités de développement pour vous car rejeter les innovations peut amener à l’exclusion, à l’isolement alors que s’adapter nous permet d’être en phase avec le monde, les autres.

Partez à la découverte de votre environnement. Essayez de vous intéresser à un maximum de sujets. N’hésitez pas à sortir des sentiers battus, à explorer de nouvelles manières de penser, à découvrir de nouveaux modèles de vie.

Nous avons la chance à notre époque d’avoir accès à une variété et une quantité impressionnante d’informations, que ce soit par la navigation sur internet, la télévision, la littérature, les voyages à l’étranger… Notre monde est à présent sans frontières, prêt à être exploré, alors, explorez-le !

Plus vous ferez preuve de curiosité, plus vous augmenterez les opportunités de développer votre chance.

Principe 2 : ÉCOUTER SON INTUITION

Avant d’aborder ce principe, clarifions ce qu’est l’intuition. Il s’agit d’un processus cognitif de traitement de l’information très rapide qui agit en dehors du champ de conscience. Seul le résultat serait conscient.

2.1 ÉCOUTER SA « VOIX INTERIEURE »

C’est-à-dire, avoir confiance en ses capacités

Il s’agit ici d’écouter le résultat conscient de son processus de raisonnement inconscient, cette petite voix intérieure qui vous dit ce qu’il faut faire, autrement dit, de se faire confiance. Plus vous aurez confiance en vous, plus vous aurez confiance en vos choix de vie et plus vous ferez confiance aux autres.

Tout est possible dans la vie. Vous avez le choix d’être heureux… ou non, tout dépend de vous et non des autres. Vous en doutez ? C’est que vous avez adopté des « croyances limitantes » qui vous freinent dans votre évolution personnelle et/ou professionnelle.

Dans ce cas, je vous annonce une bonne nouvelle : si vous avez adopté des croyances qui vous limitent, vous pouvez les modifier en adoptant d’autres qui soient plus positives pour vous, de manière à développer votre confiance en vous.

Comment y parvenir ? Vous avez 2 options : soit vous y parvenez par vous-mêmes, soit vous vous faites accompagner par un professionnel (coach, thérapeute).

Il existe une multitude de méthodes qui permettent d’améliorer l’estime, l’amour et la confiance en soi. Il est de la responsabilité de chacun d’emprunter ce chemin.

2.2 DEVELOPPER SON INTUITION

C’est-à-dire investir et développer  ses capacités

Une autre bonne nouvelle : tout le monde a des aptitudes et des capacités. Vous pouvez en avoir conscience comme vous pouvez aussi ne pas en avoir conscience.

Listez quels pourraient être vos talents naturels, ce que vous êtes capable de faire avec succès, facilité, naturel et plaisir.

Si cet exercice est difficile, aidez-vous des autres. Demandez à des personnes sincères quels sont pour elles vos talents, vos points forts, vos potentiels et précisez-leur de vous citer des exemples concrets dont elles ont été témoins pour vous aider à en prendre conscience.

Une fois vos principaux points forts identifiés, réfléchissez à ce que vous pouvez faire pour les valoriser et les développer encore et encore. Apprenez à construire votre vie autour de vos sources de plaisir et de réussite.

Principe 3 : NOURRIR SES AMBITIONS ET SES RÊVES

La fatalité n’existe pas. Ce principe repose sur la croyance que tout est possible dans la vie, qu’il suffit de définir un projet de vie, d’identifier les moyens pour le réaliser et de passer à l’acte pour rendre ses rêves et ses ambitions réelles, en s’ajustant et s’adaptant si nécessaire (principe de réalité).

3.1 CROIRE EN SON PROJET DE VIE

C’est-à-dire, considérer que tout est possible

Abraham Lincoln perdit 23 fois aux 26 élections auxquelles il se présenta, mais il ne cessa jamais de croire en sa capacité de devenir Président des Etats-Unis.

Adoptez la « pensée positive ». Les créateurs d’entreprise ne sont pas forcément des élites, des éminences grises. En revanche, ils ont tous un point commun : ils croient en leurs projets.

Si vous n’en êtes pas certains, nourrissez-vous d’exemples vécus, de témoignages de personnes que vous admirez pour ce qu’elles ont fait, voire même que vous jalousez secrètement  d’avoir réussit. Elles vous diront toutes que la condition première est de croire en soi et en son projet.

S’il le faut, soumettez votre projet de vie aux personnes qui vous veulent du bien et qui sont également sincères avec vous. Si vous n’en avez pas dans votre entourage proche, n’hésitez pas à vous faire accompagner par un professionnel.

Evitez toute personne négative ou qui se nourrit du mal-être des autres (et si, il en existe), elles ne sont d’aucun intérêt et peuvent vous dissuader de vous aventurer dans votre projet, ce que vous pourriez regretter toute votre vie.

Si vous n’êtes pas certain de la fiabilité de votre projet, explorez-le sous tous les angles, testez-le jusqu’à en être convaincu au plus profond de vous-même.

Sachez également qu’il est souvent ridicule de tout quitter pour s’aventurer dans un nouveau projet. Cela pourrait vous mettre en danger. Vous pouvez parfaitement lui donner naissance tout en restant provisoirement dans votre situation actuelle. La stratégie du « tout ou rien » peut être parfois dangereuse.

3.2 AGIR ET PERSÉVERER

C’est-à-dire, faire preuve de souplesse et de persévérance

Un bébé tombe 2.000 fois avant de savoir marcher. Chacun a en soi cette capacité à persévérer, s’il y croit.

Si vous croyez que la mise en œuvre du projet de vos rêves sera aisée parce que vous avez pensé à tout, vous vous trompez. Le chemin sera très certainement semé d’embuches, tous les entrepreneurs vous le diront.

Que faire dans ces moments là ? Faites la distinction entre l’opiniâtreté et la persévérance. L’opiniâtreté consiste à ne pas prendre en compte ce qui se passe et à insister, à réitérer de la même manière ce que l’on a fait, et comme le savent très biens les systémiciens : «  toujours de la même chose produit le même résultat ».

Sachez identifier et remettre en cause l’élément qui fait défaut, à penser ou agir différemment en adaptant une partie de votre projet de vie.

LA bonne solution est un mythe. Il n’existe que des solutions dont l’une d’entre elles est la plus adaptée. Apprenez alors à explorer toutes les possibilités, à tester puis à adopter ce qui répond le mieux à votre besoin.

3.3 S’ATTENDRE À AVOIR DES RELATIONS FRUCTUEUSES AVEC LES AUTRES

C’est-à-dire se montrer ouvert et chaleureux vis-à-vis des  autres

Il s’agit ici de la manière dont les gens chanceux se comportent avec les autres. Comme ils s’attendent à faire des rencontres fructueuses et enrichissantes, ils ont un comportement accueillant, bienveillant et « souriant », ce qui génère de la sympathie et l’envie chez les autres d’entrer en relation avec eux.

Développez un comportement avenant, chaleureux et tolérant avec les autres, ils en feront de même avec vous. Et si ce n’est pas le cas, persévérez, vous verrez qu’ils finiront par le devenir.

S’il est évident qu’il n’est pas obligé de toujours être d’accord, il est cependant important de comprendre et de respecter les différences.

Les différentes méthodes de communication enseignées en matière de relations interpersonnelles, telles que l’écoute active, le langage de la paix, la relation émotionnelle, sont autant d’approches qui permettent d’accepter les différences et de construire des relations harmonieuses, constructives et efficaces dans le respect de son identité et de celles des autres (principe d’assertivité).

Il y a toujours à apprendre des autres, que ce soit dans le négatif (ce qu’il ne faut pas être/faire) ou le positif (ce qu’il faut être/faire).

Principe 4 : TRANSFORMER LE « MAUVAIS SORT » EN « BONNE FORTUNE »

Les 3 premiers principes expliquent l’état d’esprit dans lequel sont les personnes qui ont de la chance. Cependant, la vie est loin d’être un « long fleuve tranquille ». Comme tous les autres, ils rencontrent des échecs, vivent des ruptures professionnelles ou personnelles, sont malmenées par des conjonctures défavorables. Et pourtant, ils adoptent tous un système identique face aux difficultés de la vie. Le voici.

4.1 DEVELOPPER SON « POSITIVISME »

C’est-à-dire, relativiser et apprécier ce que vous avez déjà de positif dans votre vie

Les personnes chanceuses s’attachent à rechercher le côté positif d’une situation négative, se disent que cela aurait pu être bien pire que ce qu’elles ont vécu.

Outre la « pensée positive » qui a déjà été abordée, prenez conscience de la chance que vous avez de vivre dans un pays libre et démocratique, de bénéficier d’un système de protection sociale, d’aides diverses et variées.

Par exemple, vous pouvez profiter de dispositifs légaux tels que le bilan de compétences, la validation des acquis et de l’expérience, la formation professionnelle, le coaching, la psychothérapie, le congé individuel de formation, le droit individuel à la formation.

Pour vous aider à prendre le temps de donner naissance à votre projet de vie, vous avez la possibilité de  bénéficier de périodes d’autorisation d’absence telles que le congé sabbatique, le congé sans solde et autres congés conventionnels.

Nous avons donc la chance, dans notre pays, de disposer d’une variété de dispositifs qui nous permettent de réaliser nos rêves.

Vous pensez que votre vie n’est pas géniale ? Je suis certain que vous trouverez au moins 20 points positifs dans votre vie. Essayez pour voir.

4.2 ÊTRE CONVAINCU QUE LA MALCHANCE DÉBOUCHE SUR DU POSITIF

C’est-à-dire, positiver et considérer que tout évènement peut être une opportunité pour soi

Après la pluie, le beau temps. Les expériences négatives sont généralement le messager d’un apport positif pour soi.

Vous devez comprendre que les expériences négatives ne sont aucunement des échecs, seulement de opportunités d’apprentissage sur soi, sur les autres, sur le monde.

L’expérience n’est pas ce qui arrive à une personne mais ce que la personne fait de ce qui lui arrive.

Les sciences humaines ont permis de mieux comprendre le fonctionnement des Hommes et notamment qu’il est parfois plus utile et bénéfique de comprendre ce qui s’est passé afin d’adopter des comportements ou des modes de pensée nouveaux qui permettent d’éviter de revivre ces situations plutôt que de rester prisonnier du passé ou, par ignorance de ce qui est bon pour soi, de revivre en boucle les mêmes évènements.

Nous savons à présent qu’il est une certitude : la fatalité n’existe pas et la chance est une capacité qu’il nous suffit de développer !

Notre société, comme vous l’avez peut être observé, réunit de nombreuses conditions favorables au développement de notre chance. Réjouissons-nous, les générations précédentes n’avaient pas autant de chance !

 

Définissez votre plan de développement personnel de votre capital chance :

Attribuez une note de 1 à 10 de chaque principe vous concernant. Vous pourrez ainsi identifier vos axes de développement.

– Je développe et entretiens un réseau relationnel                                                          
– Je suis attentif à TOUT ce qui se passe autour de moi                                                 
– Je suis curieux et ouvert à la nouveauté                                                                             
– J’ai confiance en mes capacités                                                                                             
– J’investis  et développe mes capacités                                                                                
– Je considère que tout est possible                                                                                         
– Je fais preuve de souplesse et de persévérance                                                                 
– Je suis ouvert et chaleureux vis-à-vis des autres                                                             
– Je relativise et apprécie ce que j’ai déjà dans ma vie                                                     
– Je considère chaque événement  comme une opportunité pour moi                          
Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page