Depuis 2010, nous inspirons et accompagnons les entreprises dans leur innovation managériale

RASSEMBLER

RASSEMBLER : Mobiliser les potentiels et co-construire la collaboration

Une fois le « contrat collaboratif » clarifié et accepté par chaque membre de l’équipe, il devient nécessaire de créer les conditions d’une saine et riche collaboration. Il ne suffit pas que chaque collaborateur soit compétent, motivé et autonome pour qu’une équipe soit performante. L’efficacité d’un groupe repose surtout sur la capacité des membres à travailler ensemble.

Selon Norbert Alter[i], la coopération repose en grande partie sur les liens affectifs et les affinités personnelles. Les émotions jouent un rôle structurant dans la relation professionnelle. Compte tenu de la diversité des membres qui composent le groupe (cultures, personnalités, sexes, générations, expériences, métiers…), il est tout à fait concevable qu’il y ait des interprétations, des incompréhensions, des désaccords, voire des tensions.

C’est la raison pour laquelle il importe de révéler les singularités (comme par exemple une personne introvertie qui a du mal à s’exprimer en public) et d’identifier des pratiques qui lèvent les difficultés potentielles (processus d’expression des ressentis par exemple), de « socialiser » avant de passer à l’action.

Si la singularité de chaque membre qui compose l’équipe peut être à l’origine de discordes, toutes ces différences peuvent aussi constituer une véritable richesse pour l’entreprise si les particularités, les points forts, les appétences sont révélés et mises au service du but commun.

C’est pour cette raison que le manager facilitateur doit co-construire avec son équipe, les modalités de la collaboration, faciliter l’expression et la prise en compte des émotions et valoriser les singularités de manière à créer les conditions de la confiance, de la bienveillance et du respect mutuel.

 

[i] Source : Livre « Donner et prendre. La coopération en entreprise » – Norbert Alter – Éditions La Découverte