Comment convaincre de la nécessité d’ancrer une culture de la coresponsabilité ?

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !
image_print
4.9/5 - (17 votes)

Le modèle des Etats du Moi Permet aux entreprises de prendre conscience que les principes du management traditionnel ont positionné les managers dans une posture de « Parent » et les collaborateurs dans une posture d' »Enfant » et prendre conscience de la nécessité de faire évoluer les managers et les collaborateurs vers une posture d' »Adulte » pour développer la coresponsabilité.

De quoi parle-t-on ?

Selon Eric Berne, fondateur de l’Analyse Transactionnelle, notre personnalité est divisée en 3 états, trois parties distinctes. Celle que nous avons de naissance, l’Enfant, celle acquise par l’éducation, le Parent puis celle que l’on tend à devenir, l’Adulte.

  1. L’état Parent est l’aspect organisé de notre être. Il est à l’origine de nos jugements, nos opinions, des valeurs et des normes que nous adoptons. Il est divisé en deux parties :
  • Le Parent Normatif (PN), que nous exprimons lorsque nous jugeons, ordonnons, critiquons ou condamnons, permet d’apporter de la rigueur et de la structuration. Il peut aussi, poussé à l’extrême, être à l’origine d’un comportement autoritariste, voire de persécution.
  • Le Parent Bienveillant (PB), que nous exprimons lorsque nous encourageons, protégeons, félicitons ou soutenons, apporte de l’altruisme et de l’attention aux autres. Cependant, si l’on y accorde trop d’attention, il peut engendrer de l’infantilisation, de la déresponsabilisation, voire de la manipulation affective.
  1. L’état Enfant est l’état émotionnel de notre personnalité. Il est à l’origine de nos ressentis, notre imagination, nos envies et nos pulsions. Il est divisé en trois parties : deux parties dites adaptées, lorsque nous réagissons à une situation et une partie qualifiée de libre.
  • L’Enfant Adapté Rebelle (EAR), que nous exprimons lorsque nous nous opposons aux autres ou aux situations, quand nous contestons ou nous transgressons les règles. Si cet état permet de faire évoluer le système par son anticonformisme et sa créativité, il peut également, si l’on y accorde trop d’attention, être source de conflits (contestation du changement) et d’immobilisme (refus de changer).
  • L’Enfant Adapté Soumis (EAS), que nous exprimons lorsque nous nous soumettons aux règles de notre environnement, quand nous nous montrons raisonnables et conciliants. Si cet état permet de nous adapter, il peut aussi être source de frustration.
  • L’Enfant Libre (EL), que nous exprimons lorsque nous nous sentons libre de toute adaptation sociale, quand nous ne nous sentons pas concernés par un sujet, un problème ou une situation. Si cet état apporte une certaine authenticité dans la relation, il peut aussi être source de tensions car si nous y accordons trop d’attention, cela nous rend égoïste et indifférent.
  1. L’état Adulte (A) représente nos pensées, notre raisonnement, l’analyse que nous portons sur les situations et les autres. Parce qu’il s’exprime en termes de questionnements, d’énoncés de faits et de constats objectifs, il apporte beaucoup de réalisme et de dissociation émotionnelle, ce qui permet d’aborder les sujets de manière neutre, factuelle et dépassionnée. Cependant, si l’on y accorde trop d’attention, cela génère une certaine froideur dans la relation qui peut être perçue comme un manque d’humanité.
Les 3 états du Moi

Lien avec l’innovation managériale

Se référer aux états du moi dans le cadre de la mise en œuvre d’un projet d’innovation managériale a plusieurs bénéfices :

1 – Permettre aux dirigeants et aux managers de prendre conscience des états du moi mobilisés par les différentes cultures managériales, selon le modèle de la spirale dynamique :

  • Le style paternaliste mobilise l’état Parent Normatif (fais comme je t’ai montré) ou Bienveillant (que puis-je faire pour toi ? Est-ce que tu m’aimes ?)
  • Le style directif, l’état Parent Normatif (fais ce que je te dis et puis c’est tout !)
  • Le style bureaucratique, l’état Parent Normatif (tu dois respecter les règles et mes instructions)
  • Le style leadership, l’état Parent Normatif également (atteint l’objectif que je t’ai fixé sinon t’es un looser).
  • Le style collaboratif, l’état Parent Bienveillant (que puis-je faire pour que vous soyez heureux au travail ?)
  • Seul le style co-responsable, dans l’esprit, mobilise l’état Adulte (de quoi avez-vous besoin pour atteindre le résultat ? Pour vous sentir bien au travail ? Est-ce réaliste selon vous ?)
Les états du moi mobilisés par culture managériale

2 – Permettre aux managers de mieux comprendre les avantages et les inconvénients de leurs styles de management actuel. Par exemple, si la culture managériale dominante est la bureaucratie (PN), il sera plus aisé de comprendre les raisons pour lesquelles les collaborateurs, dans l’ensemble, attendent les instructions et font rarement preuve d’audace (EAS).

3 – Permettre aux managers de mieux comprendre les réactions de leurs collaborateurs et les difficultés relationnelles. Cette prise de conscience est souvent déclenchée lors de la présentation des états du moi « activés » entre managers et collaborateurs lors de leurs transactions, en fonction des cultures managériales (cf. le concept des « Transactions »).

Modalités d’utilisation du concept en innovation managériale

Les états du moi sont utilisés en début de projet d’innovation managériale afin de clarifier la différence fondamentale entre le management traditionnel (posture de parent des cultures paternalistes, directives, bureaucratiques, leadership et collaborative) et le management innovant (posture d’adulte de la culture coresponsable).

Afin de faciliter cette prise de conscience sans remettre en question ou juger les styles de management existants, l’entreprise peut demander aux managers, sous la forme d’un exercice collectif, de citer l’état du moi mobilisé pour chaque culture managériale.

Il faut bien connaitre les modèles de la spirale dynamique et des état du moi pour légitimer la sélection car il est assez fréquent que les managers considèrent que certaines cultures managériales reposent sur l’état « Adulte » alors que ce n’est pas le cas (par exemple, il est assez fréquent que des managers considèrent que la culture Stratégique – Le leader – repose sur un état « Adulte » alors que ce n’est pas le cas).

Nous vous conseillons de poursuivre cette lecture par la découverte du concept des transactions.

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page