Quand l’entreprise encourage ses collaborateurs à révéler et valoriser leurs talents – Décathlon

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !
image_print
4.6/5 - (11 votes)

Quoi de plus légitime que de veiller au bonheur des collaborateurs lorsque la raison d’être de l’entreprise est de « Rendre durablement le plaisir et les bienfaits de la pratique des sports accessibles au plus grand nombre ».

Convaincu qu’un collaborateur heureux sera non seulement plus performant mais rendra les clients plus satisfaits, l’enseigne s’est engagée il y a quelques années dans une stratégie de développement du bien-être des Décathloniens en misant sur leurs talents.

Cette volonté se traduit par l’encouragement des collaborateurs à proposer des projets qui soient source de développement professionnel et créateurs de nouvelles valeurs pour l’entreprise.

Parce que tout le monde n’a pas forcément conscience de ses atouts, l’enseigne a conçu un dispositif intitulé « Oui j’ai des talents » dans le but d’aider les collaborateurs à prendre conscience de leurs talents puis à imaginer des projets qui permettent de les valoriser.

Présentation de la pratique

Chaque collaborateur qui le souhaite peut demander à participer à un atelier « Oui j’ai des talents » dans le but, soit d’affiner une idée, soit de prendre conscience de ses talents et de ses appétences de manière à explorer et imaginer une action qui soit source d’épanouissement professionnel et créatrice de nouvelles valeurs pour l’entreprise.

L’animation de cet atelier, d’une durée d’environ 3 heures, est confiée à un collaborateur qui a été formé à cet effet.

Dans un premier temps, les collaborateurs vont explorer plusieurs dimensions :

  • Leurs traits de personnalités.
  • Leurs motivations, leurs envies, leurs désirs.
  • Leurs compétences, leurs points forts.

Cette exploration se fait par le biais de questions, telles que :

  • Si je devais me décrire à quelqu’un que je ne connais pas, qu’est-ce que je dirais de moi ?
  • Qu’est-ce qui me caractérise ?
  • Qu’est-ce que je fais avec plaisir ? Qu’est-ce que j’adore faire ?
  • Qu’est-ce que je réussis ?
  • Quelles sont mes qualités, mes forces ?

Dans un second temps, ils vont nommer leurs talents, sachant qu’un talent répond à 4 critères :

  • La facilité : je le fais avec aisance.
  • Le plaisir : J’en tire de la satisfaction.
  • La répétition : Je sais reproduire, ce n’est pas une réussite isolée.
  • La reconnaissance : Cette facilité me distingue des autres et les autres me la reconnaisse.

Une fois cette étape réalisée, le collaborateur peut formaliser un projet susceptible de valoriser ses talents et qui soit source de création de nouvelles valeurs d’un point de vue économique, humanitaire ou environnemental, comme, par exemple, le renforcement de la présence de Décathlon dans les clubs de tennis de la région via des actions de sponsoring et d’’équipement des joueurs par des produits de l’enseigne ou encore mener une opération de ramassage de déchets avec les clients.

L’entreprise laisse une totale liberté dans le choix des projets. Ce peut être une nouvelle offre, une action délimitée dans le temps (communication, sponsoring…) ou un nouveau rôle au sein des magasins comme, par exemple, l’organisation d’évènements.

Plutôt que de limiter la valorisation des talents de leurs équipes au niveau de leur magasin, les 5 magasins de l’agglomération de Strasbourg ont décidé de se regrouper pour mutualiser les projets de manière à ce qu’ils puissent tous en bénéficier. La proposition doit donc concerner l’ensemble de cet écosystème et faire progresser les 5 magasins.

Après avoir reçu la proposition d’un collaborateur, des représentants des 5 magasins se réunissent pour arbitrer sur sa mise en œuvre, ou non. La décision est confiée aux personnes les mieux habilitées à la prendre, selon le sujet : les directeurs de magasins, des professionnels de la discipline sportive concernée ou encore les personnes qui seraient impactées par le projet.

En cas de réponse favorable, l’auteur du projet se voit confié la responsabilité de sa concrétisation et peut bénéficier de 30% de son temps de travail au maximum pour la réaliser.

Dans le cas contraire, l’enseigne veille à ce que le refus ne décourage pas le décathlonien. C’est pourquoi chaque réponse négative est argumentée (absence de création de valeur, faible retour sur investissement, ressources budgétaires trop importantes…).

La personne a la possibilité, soit d’abandonner son idée, soit de persévérer en ajustant son projet au regard des observations faites par les magasins car les dirigeants considèrent que ce n’est pas parce que le projet n’a pas été validé qu’il faut pour autant y renoncer. Pour l’aider à affiner son idée, le collaborateur pour bénéficier de l’aide de collègues qui disposent des compétences dont il a besoin (financières, sportives, marketing…).

En fonction des résultats et de la création de nouvelles valeurs, l’auteur de l’idée peut se voir attribuer une prime de fin de projet.

Les bénéfices

L’atelier « Oui j’ai des talents » est particulièrement intéressant pour les personnes qui doutent de leurs capacités, soient parce qu’elles ne croient pas en elles, soit parce qu’elles n’ont jamais eu l’occasion de les explorer. Partant du principe que toute le monde a des talents, ce dispositif est une formidable opportunité pour aider les personnes à se révéler.

Cette démarche et l’état d’esprit qui la sous-tend permettent à l’entreprise de bénéficier d’idées qu’elle n’aurait sans doute pas pu imaginer autrement.

Confier la mise en œuvre du projet à l’auteur de l’idée renforce la responsabilité et l’engagement. Le soutien apporté à la concrétisation des projets renforce l’appartenance, l’engagement mais est aussi l’occasion pour le collaborateur d’acquérir de nouvelles compétences, telle que la conduite de projet par exemple.

L’élargissement de la mise en œuvre aux 5 magasins permettent, non seulement de renforcer les liens entre les différentes équipes mais aussi de concrétiser un projet qui n’aurait sans doute pas été soutenu dans un seul magasin, faute de ressources nécessaires. Par ailleurs, les clients étant souvent amenés à se rendre dans les différents magasins de l’agglomération, l’appropriation par toutes les enseignes du projet permet d’afficher une plus forte homogénéité dans l’offre proposée.

L’encouragement à persévérer dont fait preuve l’entreprise lorsque la décision n’a pas été positive est une preuve manifeste de la confiance et de la reconnaissance qu’elle accorde à ses collaborateurs et explique très certainement la raison pour laquelle Décathlon fait partie, depuis de nombreuses années, des principales entreprises où il fait bon travailler.

Pourquoi ça marche ?

La théorie de l’engagement

Selon Charles A. Kiesler, psychologue américain, « seuls nos actes nous engagent : nous ne sommes pas engagés par nos idées ou par nos sentiments mais par nos conduites effectives ».

Selon lui il existe 5 facteurs qui contribuent à l’engagement « volontaire » d’une personne, dont 3 essentiels en entreprise, à savoir :

  1. La liberté associée à la réalisation de l’acte : l’individu doit se sentir libre dans son choix de réaliser ou non l’acte.
  2. L’importance de l’acte pour l’individu : l’engagement est d’autant plus fort qu’il a de la valeur ou répond à un besoin important pour la personne.
  3. Le caractère explicite de l’acte : il est plus engageant de faire quelque chose sous le regard d’autrui.

Marquée par la culture sportive, Décathlon a pour habitude de privilégier l’action. Si l’entreprise aide et soutient ses collaborateurs dans la valorisation de leurs talents, elle accorde une attention particulière à ce qu’ils soient les principaux responsables de leur ambition.

La philosophie de cette pratique est en parfaite cohérence avec ces facteurs, ce qui explique sans doute la raison pour laquelle les Décathloniens ont un niveau d’engagement nettement plus élevé que celui observé dans la plupart des entreprises.

Vous apprécierez aussi :

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page