Quand les salariés sont formés sans but précis – Lippi

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !
image_print
4.5/5 - (2 votes)

La formation est généralement utilisée pour permettre à des salariés d’acquérir des connaissances pour optimiser leurs aptitudes à atteindre un objectif préalablement défini.

La gestion de la formation s’inscrit habituellement dans le cadre de la gestion prévisionnelle des compétences. Lippi, société de 250 salariés spécialisée dans la conception et la fabrication de clôture vient d’utiliser ce dispositif d’une autre manière.

Dans le cadre de sa stratégie, Lippi a pris conscience qu’elle pourrait se créer des opportunités de business en renforçant sa présence sur la toile. Plutôt que de confier ce projet à des spécialistes, elle a décidé de former tous ses collaborateurs à la culture web, sans savoir ce à quoi cela abouterait.

Julien Lippi, DG, explique « qu’ils ont tout simplement inversé la logique habituelle de la formation : leur but était d’abord de monter en compétences, puis ensuite de voir ce que cela leur apporterait ».

Cette vision est tout simplement la pure représentation d’une rupture en termes de gestion des ressources humaines : explorer d’abord puis identifier en quoi les idées peuvent être sources de création de valeurs.

Lippi a ainsi investi 350.000 euros dans la formation en 2012. 2.000 journées de formation ont été consacrées aux technologies du web en 2 ans. Chaque salarié bénéficie de 6 jours de formation par an, la moitié pouvant être consacrer à l’acquisition de compétences connexes au métier exercé par l’intermédiaire d’une « Webschool » (photo ci-dessous). 

Une « war room », équipée de 6 postes informatiques, a été mise en place pour valoriser ces nouvelles compétences. Chacun peut à présent contribuer, à sa guise, à trouver de nouvelles affaires, mieux qualifier les fichiers, produire des vidéos ou encore monter dans les référencements.

« Désormais, Lippi communique sur Twitter pour résoudre rapidement des problèmes de façon collaborative sans passer forcément par le chef » (150 salariés ont ouvert un compte). A présent présents sur Facebook, YouTube, Flicker, Les collaborateurs ont également crée leur encyclopédie, le wiki lippi, devenu une référence du secteur.

Cerise sur le gâteau, ce dispositif a non seulement permis à Lippi de multiplier son chiffre d’affaires par 5 entre 2009 et 2010 avec la captation de nouveaux clients issus du web mais a aussi renforcé l’esprit collaboratif et la co-créativité. Chacun pouvant à présent mettre à contribution ses nouvelles capacités au profit de projets transverses.

Idée d’innovation managériale : former à de nouvelles compétences puis inviter les salariés à proposer de nouvelles idées

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page